My Sweet Pepper Land
Accueil Critiques My Sweet Pepper Land

My Sweet Pepper Land

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 29/07/2014

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Kurdistan. Le pays est libre mais doit se reconstruire dans la démocratie qui commence par l’application de la peine de mort sur un criminel notoire... Mais l’exécution ne se passe pas bien et le criminel en réchappe.

 

Notre critique:

MY SWEET PEPPER LAND fait partie de ces films dont le dépaysement est garanti. Jugez plutôt: cette région située entre Syrie, Turquie, Iraq et Iran qui existe depuis les sumériens et les babyloniens n’est que partiellement reconnu autonome selon les pays avoisinants! Qui a dit que la situation belge était compliquée?
Quoi qu’il en soit, c’est du point de vue irakien post-Saddam qu’est abordé le récit de MY SWEET PEPPER LAND, récit à l’ironie et la dérision appuyées pour servir un film loin d’être drôle au final, puisqu’il tente de décrire la lutte difficile des lois ancestrales face aux lois de l’indépendance et de la démocratie.
Filmé dans des lieux qui contribuent largement au dépaysement, MY SWEET PEPPER LAND est donc, avant toute chose, un conte qui met en évidence, pour cette région coincée entre des grands frères plutôt belliqueux, toute la difficulté de construire un monde moderne et libre sur les bases de notions tribales ancestrales.
Une fois de plus, le réalisateur du tragi-comique VODKA LEMMON, Hiner Saleem, un kurde irakien, pose un regard décalé sur des problèmes graves et touche du doigt, sans pour autant porter de jugement, des failles, des dérives ou mêmes des horreurs qu’un certain rapport au passé peut générer. Heureusement, l’amour, porté par l’indéniable charme de l’actrice iranienne Golshifteh Farahani, est aussi au centre du récit, et c’est encore lui qui sera porteur d’espoir au final…