Mr. Holmes

En voilà une idée qu’elle est bonne: et si Sherlock n’était pas mort dans son combat contre Moriarty, et si il était devenu un vieillard irascible perdant la mémoire et tentant désespérément de résoudre une affaire du passé?

Sur cette excellente idée, Bill Condon, le réalisateur des très bons GODS AND MONSTERS ou DREAMGIRLS, nous colle aux basques de ce vieil homme qui est en fin de vie pour nous faire pénétrer dans l’univers du personnage de Conan Doyle.

Mais si Ian -Gandalf- McKellen, acteur fétiche de Condon, est absolument remarquable dans ce rôle, projetant les peurs et les certitudes de ce Sherlock de 93 ans, le scénario, basé sur le roman de Mitch Cullin, se perd entre sauts dans le passé, réflexion sur l’âge et ses turpitudes, analyse d’une amitié entre le jeune garçon et le vieil homme et suspense policier.

C’est dommage, car un approfondissement de l’un ou l’autre des sujets aurait certainement emmené MR. HOLMES sur les mêmes sommets que l’histoire des derniers jours du réalisateur James Whale (FRANKENSTEIN) développées dans GODS AND MONSTERS.

Articles associés

Twisters

Longlegs

Fremont