Accueil Critiques Marathon Crime Africa

Marathon Crime Africa

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Genre:
Date de sortie: 01/04/1997

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Notre héros s'appelle Martin, et il est déjà furieusement fêlé. Il s'entraîne à la course à pied sur les autoroutes de Madrid, des caillous dans les baskets. Après la mort de sa mère, Arturo, son père, prend pour maîtresse la tenancière du bar voisin. Martin tombe sous le charme vénéneux d'Africa, sa fille, qui voit d'un très mauvais oeil le rapprochement entre les deux parents. Elle pousse Martin à assassiner son père, ce qui n'est pas difficile: il est persuadé que la mort de sa mère n'était pas accidentelle. Bref, un sacré noeud de vipères et d'intrigues.

 

Notre critique:

Voilà un film typiquement burkinabéen: un petit budget maîtrisé de main de maître par un réalisateur espagnol inconnu mais sincèrement doué. Des acteurs tout aussi inconnus et vraiment épatants. Une intrigue bien ficelée et des personnages originaux. Le tout imprégné d’une chaleur méditerranéenne, où on n’hésite pas à laisser tourner la caméra quand on parle de fesses.

Alfonso Ungria insuffle à son film une énergie passionnée, et zigzague entre les différents clichés du genre. Plutôt que d’étaler des personnages ultra glauques, tous salauds, il prend l’option inverse: il nous fait partager leurs liaisons fougueuses. Du coup, leurs pensées morbides prennent consistance. L’engrenage du drame se met lentement en branle. L’anxiété croît à l’approche du final. Le film, au début érotique et réjouissant, devient un thriller flippant tout aussi passionnant. Et, pendant ce temps, le réalisateur en profite pour dépeindre le milieu des HLM madrilènes, un milieu social à la lisière de la pauvreté.

AFRICA prouve que quelques bouts de ficelle, du talent et plein de bonnes intentions sont parfois bien plus plaisants qu’une prise de tête sobre et prétentieuse. AFRICA est réjouissant, drôle et triste. Il touche le palpitant.