Accueil Critiques Love’S Labour’S Lost

Love’S Labour’S Lost

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Love'S Labour'S Lost

Equipe:
Durée : 93’
Genre:
Date de sortie: 13/06/2000

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Le Roi et ses trois fidèles compagnons annoncent publiquement qu'ils partent en retraite pendant trois ans pour se consacrer exclusivement à leurs études. Toute présence féminine est bannie du domaine afin d'éviter tout risque de déconcentration.Malheureusement, une visite impromptue de la Princesse de France et de ses trois suivantes anéantit fissa les plans très studieux du monarque, malmenant au passage l'ego plutôt mal placé des mâles.

 

Notre critique:

Et de quatre!

rn

LOVE’S LABOUR’S LOST est en effet le quatrième film réalisé par Kenneth Branagh sur base d’une oeuvre de William Shakespeare. Après les longueurs et les fastes de HAMLET, le réalisateur anglais revient à une atmosphère plus légère, qui n’est pas sans rappeler les badinages de MUCH ADO ABOUT NOTHING.

rn

Ce n’est plus un secret pour personne: Branagh adore l’oeuvre de Shakespeare. Et force est de constater que cela rejaillit sur l’écran. En choisissant de traiter cette pièce peu connue sous l’angle de la comédie musicale, Branagh parvient à concilier la légèreté du propos à la flamboyance de sa mise en scène. Il évite les débordements irritants qui jalonnaient son HAMLET en s’imposant le cadre plus restreint de décors de studio. Les chansons sont empruntées aux classiques du genre et tombent toujours à propos. Les chorégraphies sont de véritables régals et se renouvellent tout au long du film, un film qui bonifie au fur et à mesure des bobines. Dans son final éclate avec justesse le choix de l’époque dans laquelle la pièce a été transposée, 1939. Les amours brisés trouvent en effet un écho résolument dramatique dans la guerre qui commence.

rn

Le casting, original et judicieux, parachève la réussite du film. Alessandro Nivola (FACE/OFF), Alicia Silverstone (BATMAN ET ROBIN 2), Natascha McElhone (THE TRUMAN SHOW) et Matthew Lillard (SCREAM) s’approprient le texte du poète britannique sans démériter face à l’interprétation de Branagh lui-même.

rn

Ce n’est peut-être pas la meilleure adaptation de Shakespeare, mais c’est en tout cas un divertissement léger et aérien qui distille une leçon d’amour universelle. Faites-vous plaisir!