Lost Persons Area
Accueil Critiques Lost Persons Area

Lost Persons Area

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 100’
Genre: Drame
Date de sortie: 08/09/2009

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Bettina et Marcus vivent un amour passionné et charnel dans une baraque de chantier au milieu d’une plaine traversée d’immenses pylônes haute tension. Tandis que Bettina aspire à une vie plus conventionnelle, loin des fourneaux de la cantine des ouvriers, leur fillette de 9 ans, Tessa, solitaire, s'occupe en ramassant des objets inattendus, petits bouts de rien qu'elle collecte à l'école buissonnière. Un jour, afin de compléter son équipe de techniciens, Marcus engage un ingénieur hongrois, Szabolcs. Contre toute attente, sa venue providentielle amène un nouvel équilibre à leur existence. Mais un tragique accident vient bouleverser les rêves de bonheur de cette famille en quête d'idéal.

 

Notre critique:

LOST PERSONS AREA emporte le spectateur dans une tranche de vie précaire à l’image de ses protagonistes vivant sur un chantier au milieu des pylônes de haute tension dans des préfabriqués. Suivant le personnage de Tessa, la petite fille de Bettina et Marcus, le récit plonge tout droit dans le monde de la débrouille où le quotidien n’est sauvé que par l’amour que se portent Bettina et Marcus.

Mais dans cet univers sans espoir, le drame va surgir avec l’accident de Marcus et le retour de celui-ci à la maison après une amputation va tourner au drame glauque où l’amour sera renversé et écrasé par la détresse des personnages.

Filmé en plan serré, souvent caméra à l’épaule, LOST PERSONS AREA colle aux personnages et aux petits faits du quotidien dans lequel ils s’engluent pour ne laisser, en final, personne indemne, sauf peut-être Tessa… et encore! Mais loin de l’apitoiement, Caroline Strubbe parvient à conférer une certaine magie au milieu de cette détresse en jouant sur des décors insolites et des interprétations justes et fortes.