Loong Boonmee raleuk chat

Loong Boonmee raleuk chat

Beaucoup de critiques ont dit que cette palme d’or 2010 cannoise creusait encore un peu plus le fossé entre cinéphiles et grand publique… Il est vrai que UNCLE BOONMEE n’appartient pas à cette gamme de films hollywoodiens de pur divertissement que souhaitent souvent voir les spectateurs qui vont deux fois par an au cinéma… Mais même si c’est le cas, c’est la vocation de Cannes de donner à ce type de film le retentissement qu’il mérite de par sa seule qualité en tant qu’oeuvre artistique.
Et UNCLE BOONMEE mérite donc bien son prix cannois car il mélange tout ce qui fait la richesse et la force du cinéma: une histoire étonnante, des paysages fabuleux, du fantastique, de la magie et d’excellents acteurs. Regard sur le passé et sur la façon dont celui-ci intervient dans le présent et modèle le futur, ce film thaïlandais dégage une grand paix et une sérénité à l’image de son héros qui se résout à mourir l’âme apaisée. La lenteur du film est une part intégrante de celui-ci, un subtil accord entre le fond et la forme qui amène le spectateur vers le même calme, la même quiétude que le héros.
Avec sa musique lancinante et ses sons hypnotiques, UNCLE BOONMEE est un véritable environnement cinématographique qui vous emmènera sur les sentiers d’un apaisement certain, bien loin des ‘action movies’ hollywoodiens…

Articles associés

Club Zero

Furiosa: A Mad Max Saga

Kingdom of the Planet of the Apes