Little Voice
Accueil Critiques Little Voice

Little Voice

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 91’
Genre:
Date de sortie: 09/02/1999

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Qu'arrive-t-il lorsqu'un timide employé du téléphone raconte à ses pigeons sa rencontre avec une jeune fille qui imite Shirley Bassey, Marilyn Monroe et Judy Garland? L'amour triomphera-t-il de l'appât du gain?

 

Notre critique:

LITTLE VOICE est une fable délicate, un petit bout de film ensoleillé qui vous réchauffe là, partout tout plein, et qui vous donne envie de vivre, de rire, de retourner au cinéma. Un phénomène assez exceptionnel pour qu’on s’étende un peu plus que d’habitude sur sa genèse… rn

Des planches…

rn

Grandeur et Décadence de Little Voice a été présenté pour la première fois en 1992 au théâtre national de Londres. La pièce suscite immédiatement l’engouement du public et de la critique. La productrice Elizabeth Karlsen (qui a supervisé HARDWARE et THE BIG MAN) et le producteur exécutif Stephen Woolley (ABSOLUTE BEGINNERS, TWENTYFOUR SEVEN) s’en rappellent: « Il y avait une telle atmosphère dans le théâtre! On était en train de marcher sur le pont de Waterloo. On avait l’impression de flotter dans les airs« . Quelques mois plus tard, Karlsen contacte Mark Herman, le réalisateur britannique de BRASSED OFF.

rn

A la pellicule…

rn

Herman commence par refuser le projet de l’adaptation. Elle présente en effet des ressemblances troublantes avec BRASSED OFF, son film précédent, contant les mésaventures d’une fanfare ouvrière. « C’était aussi un mélange d’humour, de tragédie et de musique. » souligne le réalisateur, qui poursuit, en parlant de LITTLE VOICE: « L’écriture était certainement l’étape la plus difficile. L’histoire originale parle d’une jeune fille qui ne quitte jamais sa chambre. Et ça, ce n’est vraiment pas cinématographique! »

rn

Un accouchement douloureux…

rn

Mais, finalement, il accepte. Il se concentre sur Billy et LV, deux êtres hors du commun, rejetés du monde, qui cherchent un sens à leur vie. Pour le cinéma, Billy est un employé du téléphone (sur scène, il était éclairagiste). Il vit à travers ses pigeons. « Les oiseaux deviennent un lien émotionnel avec Little Voice« , explique la productrice, « l’analogie avec LV est parfaite. Elle aussi est enfermée dans une cage« .
Reste à rendre au cinéma la magie de la pièce. A cet effet, Herman crée un univers légèrement décalé. Il choisit comme lieu de tournage une petite ville portuaire du nord de l’Angleterre, banale, typique. Mais il magnifie les maisons ouvrières et le club miteux par une superbe photographie.

rn

Un petit bout de femme, un immense talent.

rn

Jane Horrocks s’impose d’emblée pour le rôle de LV. Après tout, voilà sept ans qu’elle interprète la charmante muette. « Ce qui la rend parfaite, c’est son physique chétif, ce merveilleux visage enfantin… Et voilà que de cette personne si fragile sort une voix incroyablement intense. » commente Elizabeth Karlsen.
Pour capturer le talent de l’actrice et reconstituer l’émotion que provoquait son interprétation live au théâtre, l’équipe de tournage décide d’enregistrer sa prestation en direct. Un travail qui comporte de nombreux obstacles techniques, mais qui a été grandement facilité par l’aisance de l’actrice. Découverte dans ABSOLUTELY FABULOUS, LIFE IS SWEET de Mike Leigh et WITCHES, Jane Horrocks rencontre enfin le grand public. Lors d’une prestation flamboyante.

rn

Une demoiselle bien entourée!

rn

Autour d’elle, le film rassemble un casting exceptionnel:

rn

Billy est interprété par Ewan Mc Gregor. Il a déjà travaillé avec Herman sur BRASSED OFF. Et a aussi croisé Jane Horrocks sur le plateau de tournage d’un épisode des CONTES DE LA CRYPTE! Depuis TRAINSPOTTING, il poursuit une carrière exemplaire. Il se sent à l’aise dans le cinéma d’auteur (THE PILLOW BOOK de Greenaway) et dans les productions plus commerciales, NIGHTWATCH et bientôt STAR WARS 99,THE PHANTOM MENACE (dans le rôle d’Obi Wan Kenobi!).

rn

Mari la bavarde est interprétée par Brenda Blethyn. Rappelez-vous SECRETS AND LIES, pour lequel elle a remporté le prix d’interprétation à Cannes en 1997. A propos de son personnage, elle dit: « D’habitude, j’interprète des gens très sympathiques. Mari est si horrible, c’était un tour de force d’entrer dans sa peau. Mais c’était délicieux!« .

rn

Le vilain s’appelle Ray Say. Interprété par Michael Caine (plus de 70 films en trois décennies, dont ALFIE, THE MAN WHO WOULD BE KING, BLOOD AND WINE), ce loser aux dents longues est ambigu et surtout touchant.

rn

Enfin, et ce serait dommage de l’oublier: Jim Broadbent interprète le nullissime Mr Boo. Déjà remarqué dans le Woody Allenien BULLETS OVER BROADWAY, dans THE BORROWERS et dans THE CRYING GAME, Broadbent réussit à nous émouvoir avec un rôle pourtant plus risible que pitoyable.

rn

LITTLE VOICE est une comédie poétique doublée d’une fine critique sociale. Tourné vers le grand public, le film est accessible à tous. Ce ne serait franchement pas malin de le rater…