Little Sénégal
Accueil Critiques Little Sénégal

Little Sénégal

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe :
Durée : 120’
Genre :
Date de sortie : 06/11/2001

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Alloune, un veuf de 65 ans, décide soudain de quitter son poste de guide la Maison des Esclaves sur l'île de Gorée au Sénégal pour se rendre à la recherche des descendants de ses ancêtres émigrés aux USA.
C'est dans un quartier africain de Harlem, Little Sénégal, qu'Alloune va rencontrer une lointaine cousine, Ida... Et c'est là qu'entre incompréhension et ostracisme il va tenter de sensibiliser ses frères afro-américains à leurs origines.

 

Notre critique:

Bayard d’Or de la Meilleure Contribution Artistique au Festival du Film Francophone de Namur, LITTLE SENEGAL relate sous forme d’une fiction le réel choc culturel, le décalage complet existant actuellement sur le continent du Nouveau Monde entre les africains et les afro-américains. Deux siècles après la déportation des Africains par les Européens, le racisme s’est instauré entre des frères et l’ostracisme a gagné une grande victoire… C’est ce que Rachid Bouchareb démontre avec brio dans une fable bien maîtrisée et sobrement mise en images.

Bouchareb (CHEB, BATON ROUGE) prend son temps (le film dure deux heures) pour amener les conflits entre le peuple africain et sa descendance afro-américaine, il place ses personnages lentement et donne au voyage d’Alloune depuis Gorée vers l’Amérique des allures de pèlerinage initiatique et cathartique pour tous les protagonistes de son récit. Bien documenté, finement analysé, le film est admirablement servi par un Sotigui Kouyaté qui a d’ailleurs reçu le Bayard d’Or du meilleur comédien au Festival du Film Francophone de Namur. Originaire du Burkina Faso, acteur fétiche du metteur en scène de théâtre Peter Brook, Kouyaté apporte au film son sens de griot (un médiateur, réconciliateur, gardien de la tradition africaine) et sa présence tout à fait fascinante.

LITTLE SENEGAL est donc un film courageux sur un problème trop rarement porté à l’écran et dont la portée dépasse largement le problème entre Afrique et Nouveau Monde. A voir…