Les Bronzés 3 – Amis pour la Vie

Les Bronzés 3 - Amis pour la Vie

Près de 30 ans après leurs débuts, ils sont de retour! LES BRONZES 3, ce n’est pas un film. Ce sont des retrouvailles! Et voilà, tout est dit.

Vous imaginez bien qu’avec une telle affirmation (-retrouvailles-), il est de hors de question de s’attaquer à un moment de cinéma. Il est hors de question de le mettre en perspective. Car nos AMIS POUR LA VIE sont quasiment inattaquables, ils font aujourd’hui office de monuments et on ne crache pas sur les monuments. La seule question qui résiste à toutes ses défenses est: « est-ce que cela vaut la peine, le prix d’un ticket de cinéma? ». Et là, la réponse est aussi franche que dénuée de tergiversation : oui !

Certes les pinailleurs de service auront de quoi pinailler: il n’y a aucune intrigue (mais les autres films, en avaient-ils?), Leconte est fainéant sur les bords et filme assez mollement son ensemble, la sous-intrigue totalement tirée par les cheveux ne vaut pas un clou, et on en passe et d’autres…

Mais, comme nous l’écrivions plus haut, c’est une réunion de vieux copains. Et c’est avec un réel plaisir, intact, que l’on retrouve toute la joyeuse bande du Splendid. Ses potes que l’on avait quitté la veille (à force de rediffusions et de visionnage DVD) ont pris quelques années (et certains quelques kilos); mais ça fait toujours aussi chaud au cœur de les revoir dans de nouvelles aventures. Parce que la magie des BRONZES 3 est de nous proposer une nouvelle aventure sans avoir changé nos personnages chéris. Ils ont évolué d’accord, mais ils n’ont pas changé!

Alors, oui, le rythme accuse un coup de mou, mais quand les dialogues font mouche, on compte les points! Toujours aussi féroces, toujours aussi drôles, ce BRONZES, troisième du nom n’a aucune honte à avoir en regard de ses deux grands frères, il est simplement le petit dernier et réclame à ce titre quelques années pour se faire une place au soleil de vos films cultes.

Alors, messieurs les amers et les pincés du pet, passez votre chemin! Aucune critique aussi constructive qu’elle soit ne nous empêchera de savourer ces bien jolies retrouvailles!

Articles associés

La fille de son père

Le deuxième acte

Goodbye Julia