Le gamin au vélo
Accueil Critiques Le gamin au vélo

Le gamin au vélo

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 17/05/2011

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Cyril, un jeune garçon au pensionnat, essaye désespérément de joindre son père au téléphone. N'y parvenant pas, il fugue de son école et se pointe à l'appartement de son père. Mais celui-ci est parti depuis plus d'un mois sans laisser d'adresse...

 

Notre critique:

Après LE SILENCE DE LORNA, plus tourné vers les difficulté d’intégration des immigrants que vers le social pur, les frères Dardenne reviennent un peu à des préoccupations plus classiques pour eux: un éclatement familial qui oblige un jeune garçon à trouver ses valeurs là où il peut. Presque dans la continuité de L’ENFANT dans lequel Jérémie Rénier était (déjà) père d’un jeune bébé, LE GAMIN AU VELO s’attache donc à ce jeune garçon rageur et débrouillard.
Cyril n’est pas un gamin comme les autres car il a ce côté battant, cette volonté de retrouver l’autorité d’un père et d’une figure forte. Il n’est ni hypocrite, ni menteur, il est simplement imprévisible. Faute d’être repris par son père, il trouvera refuge dans les bras d’une mère de substitution (interprétée par Cécile De France) qui va tenter de le garder dans le droit chemin malgré ses pulsions.
Le film n’est pas manichéen et ne sombre pas dans les clichés conventionnels mais il porte clairement la patte des Dardenne qui semble ici quelque peu tourner en rond sur un propos devenu presque leur marque de fabrique.
Présenté à Cannes en compétition, LE GAMIN AU VELO est donc bien un film dans la lignée des deux frères, mais malgré tout un peu trop classique face à leurs réalisation précédentes pour qu’il fasse l’unanimité d’un jury à Cannes. Mais sait-on jamais?