Le deuxième souffle
Accueil Critiques Le deuxième souffle

Le deuxième souffle

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe :
Durée : 155’
Genre : Suspense
Date de sortie : 23/10/2007

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Sur le haut du mur, Gustave Minda hésite... Va-t-il oser sauter? Après quelques instants, il saute et réussit ainsi son évasion de prison. Désormais le vieux Gu n'a plus que deux idées en tête: retrouver Manouche, celle qu'il aime, et se ranger une bonne fois pour toute... Mais le destin en décidera autrement...

 

Notre critique:

Depuis qu'il fut l'assistant réalisateur de José Giovanni, Alain Corneau a toujours eu envie de réaliser un deuxième DEUXIEME SOUFFLE après celui de Jean-Pierre Melville de 1966 basé sur le roman de Giovanni. C'est donc 45 ans après que l'opportunité lui est donnée de réaliser un rêve en adaptant le plus fidèlement possible le roman de Giovanni et en laissant donc le récit bien ancré dans la fin des années 50.

Film très 'graphique' aux teintes saturées, aux atmosphères surannées de ces années-là mais avec des interprètes de notre époque pour remplacer les Ventura, les Meurisse ou les Pellegrin, LE DEUXIEME SOUFFLE baigne réellement dans une époque où sens de l'honneur, parole donnée voulaient encore dire quelque chose même si la violence était de mise.

La reconstitution fidèle d'une époque, de lieux donne de la force aux destins tout tracés de ce monde d'hommes, de durs où la seule femme est le moteur de toute l'histoire. Si Alain Corneau a modernisé un peu les choses en insistant plus sur les tueries, la violence et le sang, il a conservé des dialogues parfois un peu grandiloquents (comme on en fait plus) et démonstratifs et des situations par trop théâtrales…

Toutefois l'ensemble tient bien la route et nous replonge dans un univers de truands portés par des interprètes très en forme: Michel Blanc en commissaire jamais dupe et souvent cynique, Daniel Auteuil en type au bout du rouleau et en décalage suite à son séjour en prison, Jacques Dutronc en truand qui n'oublie pas ses amis, Monica Bellucci en tenancière à la Bardot ou encore Eric Cantonna en homme de main fidèle contribuent à merveille à l'ambiance générale…