Le Derrière

Valérie Lemercier mérite toute notre sympathie. Tout d’abord pour avoir décliner le rôle de Béatrice dans la suite ratée des VISITEURS, ensuite pour avoir le talent de passer du music-hall au cinéma avec le même bonheur et la même intelligence.

Avec Quadrille (de Sacha Guitry), elle avait fait preuve d’un ton très original, légèrement décalé qui révélait déjà une réalisatrice à part entière. Dans LE DERRIERE, elle affine le ton et s’approche doucement mais sûrement d’un Tati dans sa volonté de laisser aux situations le temps de s’établir et de dégager tout leur potentiel comique. Très souvent, le dialogue n’est, à l’instar de Tati, qu’un bruit de fond, qu’une mélopée qui accompagne les circonstances dans lesquelles se débattent les personnages.

L’attachement de Valérie Lemercier aux situations est au moins aussi fort que son affection pour les comédiens de talent, s’impliquant au théâtre ou dans le music-hall et sachant surtout garder leur sérieux dans les moments les plus cocasses. Claude Rich est très séduisant dans son rôle de père homosexuel, prince de la culture, tandis que Dieudonné, en proctologue ‘gay’, est assez décapant !

Même si LE DERRIERE (que dévoile d’ailleurs Valérie Lemercier) n’est pas parfait, on ne peut que souhaiter à sa réalisatrice de persévérer dans le sens choisi en insistant peut-être encore plus sur le côté ‘Tati’ de sa mise en scène.

Articles associés

Club Zero

Furiosa: A Mad Max Saga

Kingdom of the Planet of the Apes