Accueil Critiques La Virgen De Los Sicarios

La Virgen De Los Sicarios

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : La Vierge Des Tueurs

Equipe:
Durée : 97’
Genre:
Date de sortie: 26/09/2000

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Fernando est de retour en ville après trente ans d'absence, il rencontre Alexis dans un bordel de garçons: le vieil écrivain tombe follement amoureux du jeune tueur. Il redécouvre la cité de son enfance à travers les yeux remplis de violence et de haine de son amant de seize ans. Jusqu'à ce que la fatalité les rattrape. Jusqu'à ce que la mort se moque des vivants.

 

Notre critique:

Alors qu’il semblait enlisé dans des thrillers trop conventionnels (DESPERATE MEASURES, SINGLE WHITE FEMALE), Barbet Schroeder surgit là où on ne l’attend plus: sur le terrain du film d’auteur presque expérimental. Ce soixantenaire, jadis assistant de Jean-Luc Godard, cité à l’Oscar et au Golden Globe pour LE MYSTERE VON BULOW, vire sa cuti. Exit les séries B plus… rentables: cette fois, il s’abandonne dans les bras d’un projet aux prétentions nettement plus artistiques.

L’espace d’un film donc, Schroeder redécouvre le pays de son enfance, la Colombie. Il s’attaque à un roman – le plus inadaptable, donc le plus intéressant! – de l’écrivain local Fernando Vallejo et adopte une approche résolument personnelle. Tourné rapidement en à peine deux mois dans des conditions d’insécurité constante, filmé en vidéo haute définition avec un matériel protégé par cinq policiers armés, interprété par des acteurs non professionnels, LA VIERGE DES TUEURS est un ovni cinématographique. Axé en apparence sur une relation homosexuelle, le récit glisse progressivement dans les abysses de la mort. Medellin, la ville, est le personnage central du drame, un être violent et passionné, animé d’un humour sarcastique qui broie ses propres habitants. Le crime fait partie de la vie courante (97% des meurtres restent irrésolus) jusqu’à s’intégrer complétement au paysage urbain. Medellin serait-elle une ville-pilote, en avance sur son temps? Et si demain, la violence se banalisait au point de nous anesthésier? Des questions qu’on préfère sans réponse…

LA VIERGE DES TUEURS est un film difficile, formellement et scénaristiquement. Les personnages sont extrêmes, à l’image du lieu. Schroeder n’a pas peur de larguer un bonne part des spectateurs en route, et plonge de plus en plus loin dans l’étrange. Ceux qui acceptent de le suivre jusqu’au bout ne s’en plaindront pas. Quant aux autres, ils risquent de regretter d’être venus.