La prochaine fois je viserai le coeur
Accueil Critiques La prochaine fois je viserai le coeur

La prochaine fois je viserai le coeur

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 110’
Genre: Film policier
Date de sortie: 11/11/2014

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Hiver 1978.  Deux adolescentes partent en vélomoteurs pour une soirée. Une voiture les suit dans la nuit et pousse l’une des jeunes filles dans le bas côté. Alors qu’elle se relève et essaye de rattraper son amie, le véhicule revient, la renverse à nouveau tandis que le conducteur tente de l’abattre au pistolet...

 

Notre critique:

Deux films, deux thrillers: c’est le palmarès de Cédric Anger qui, visiblement, n’en a pas fini avec ce genre, puisque le revoici dans le même créneau avec son nouveau film, basé sur le fait divers d’un gendarme tueur en série à la fin des années 70, surnommé “le tueur de l’Oise”.
Et le fait divers a de quoi séduire les amateurs de thrillers: un gendarme solitaire, moralisateur, misanthrope qui bascule de l’autre côté du miroir devenant un tueur cruel sans émotions, enquêtant même sur ses propres meurtres. Explorant la face caché et la face visible de ce tueur en série pas comme les autres, LA PROCHAINE FOIS… est un film captivant qui sacrifie son suspens principal (qui est le tueur?) au profit de son étude de cas.
Le gendarme tueur est interprété par un Guillaume Canet dont le regard glace le sang, jouant à merveille cette espèce de Jack l’éventreur moderne, réussissant à composer par petites touches ce personnage inquiétant. Il livre une de ses meilleures prestations à l’écran portant la duplicité de son rôle sur ses épaules, créant dans l’instant cet inadapté, ce donneur de leçon, incompris de tous.
Si, par le fait même de ce décorticage du tueur, on peut reprocher au film une certaine froideur dans sa mise en scène, celle-ci colle cependant parfaitement au personnage glacial et met en valeur la composition extraordinaire de Canet.