La mélodie

Les films dont le sujet aborde un prof qui arrive dans une école difficile pour redresser une classe et ses mauvais élèves sont un grand classique au cinéma, qu’il soit américain ou européen. On en a eu de bons exemples dans des genres très différents avec LES CHORISTES ou avec ENTRE LES MURS. Sujet classique mais aussi sujet casse-gueule car il est facile de tomber rapidement dans les clichés ou dans les banalités.

Avec LA MELODIE, on sent directement que, pour son second long métrage, Rachid Hami (CHOISIR D’AIMER) et ses scénaristes ont essayé d’éviter les écueils. Le récit aborde une classe de musique, le prof n’en est pas vraiment un (il est dans une passe sans travail comme violoniste), il y a aussi des conflits raciaux, un petit peu de religion, un problème père-fille… Bref, le film chasse des pistes multiples, sans complètement les approfondir.

Malheureusement, ce faisant, et malgré un Kad Merad (MARSEILLE, SUPERCONDRIAQUE) à contre-emploi, LA MELODIE se perd dans sa volonté de trop pousser les bons sentiments, et finit, à force de tenter de ne pas tomber dans les clichés, d’y chuter la tête la première.

Qui plus est, les jeunes enfants interprètes, un peu trop en roue libre, oscillent entre l’abus et l’absence de spontanéité donnant au film des aspects un peu pesants, pas forcément réalistes qui nuisent à la fluidité de la narration.

Au final, LA MELODIE accroche le spectateur sur des moments très courts mais ne tient pas la distance, se retrouvant souvent en décalage avec les différentes pistes lancées au cours du film.

Articles associés

La fille de son père

Le deuxième acte

Goodbye Julia