La Fleur Du Mal
Accueil Critiques La Fleur Du Mal

La Fleur Du Mal

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 104’
Genre: Drame policier et psychologique
Date de sortie: 25/02/2003

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Une petite ville du bordelais. Anne Charpin-Vasseur brigue la mairie pendant que son mari Gérard Vasseur, patron d'un labo d'analyse, court le jupon à droite et à gauche. François Vasseur, fils prodigue du premier mariage de Gérard, revient des Etats-Unis et retrouve Michèle, fille d'un premier mariage d'Anne, dont il est amoureux... Mais la dynastie Charpin-Vasseur n'est pas seulement une famille bourgeoise en vue, elle cache aussi un énorme secret...

 

Notre critique:

C’est une évidence mais elle mérite d’être soulignée: Chabrol n’est jamais aussi bon que lorsqu’il aborde les dessous de la bourgeoisie de province. Avec LA FLEUR DU MAL, il nous sert un de ses cocktails pur jus comme lui seul sait en faire: bien frappé!

Dès le départ, Claude Chabrol brouille les pistes, mélange les destins et englue les êtres au plus profond de la mélasse de leurs souvenirs. La vieille tante Line, dernière dépositaire du secret de famille, est la clé de la porte qui mène à la vérité. Et Chabrol tisse une toile inextricable autour d’elle sans en avoir l’air, manipule le spectateur comme l’habile magicien qu’il est devenu au fil du temps et nous sert une embrouille sympathique mais sans surprises, le tout sur un plateau d’argent.

Chabrol fait partie de ces réalisateurs qui marquent le jeu des interprètes au point que ceux-ci ont le même phrasé au travers de tous ses films. Est-ce l’influence de la tribu Chabrol (que l’on retrouve chez les acteurs, à la musique ou côté scripte) ou simplement la patte d’un maître? En tout cas, Benoît Magimel a mûri sous son influence et se la joue un peu moins chien fou qu’à l’habitude. Suzanne Flon, quant à elle, est formidable et attendrissante, Nathalie Baye continue de nous surprendre par la qualité et la diversité de ses rôles! Enfin, Bernard Le Coq (César 2003 du meilleur acteur dans un second rôle pour le film SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES) est mielleux à souhait en séducteur hypocrite.

LA FLEUR DU MAL est un plaisir à savourer lentement en mâchant bien chacun des personnages pour en retirer la substantifique moelle que le réalisateur y a délicatement glissée…