La dernière tentation des belges
Accueil Critiques La dernière tentation des Belges

La dernière tentation des Belges

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe: Alex Vizorek, Alice on the Roof, Jan Bucquoy, Wim Willaert
Durée : 76’
Genre: Comédie
Date de sortie: 02/02/2022

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Alors que sa fille Marie est au bord d'une falaise , prête à sauter, son père intervient et se met à lui raconter sa vie...

 

Notre critique:

Le père de Marie, Jan, est un comique (un animateur culturel) du nord du pays qui veut conquérir la Wallonie. Un type qui n’est jamais là pour sa fille, toujours par monts et par vaux. Son mariage avec Laurence, la mère de Marie, n’a pas marché, ils étaient trop différents.

Toute ressemblance avec un personnage existant, humoriste flamand, auteur de LA VIE SEXUELLE DES BELGES ou de CAMPING COSMOS serait purement fortuite. Comme il avait abordé ses 28 premières années dans son premier film, une semi autobiographie, l’anarchiste provocateur Jan Bucquoy aborde dans LA DERNIERE TENTATION DES BELGES, dernier volet d’une trilogie, un autre pan de son existence, celui des relations d’un père avec sa fille et de la disparition de celle-ci à l’âge de 33 ans.

Tout en enchevêtrement de sous-récits, avec la sensibilité à fleur de peau de Bucquoy, le film est une forme de rédemption pour son auteur qui dédicace son film « A tous les pères absents ». On l’aura compris, sous le couvert d’un humour du désespoir, Jan Bucquoy parle de l’amour filial mais aussi de la difficulté de ne pas être présent pour voir son enfant grandir et de sans doute se sentir d’une certaine façon responsable de sa disparition.

Tragédie, mélodrame pourraient qualifier LA DERNIERE TENTATION DES BELGES si ce n’était un film de Bucquoy pour qui la provoc et l’extravagance touchent au burlesque. Même le drame de sa vie ne résiste pas à son approche décalée qui magnifie la sensibilité de cet artiste pas comme les autres…

 

Ces articles pourraient vous intéresser