La Bestia nel cuore
Accueil Critiques La Bestia nel cuore

La Bestia nel cuore

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : La Bête dans le coeur

Equipe:
Durée : 120’
Genre: Drame
Date de sortie: 17/04/2007

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Sabina est une jeune fille clame et posée. Sa vie se déroule sans heurts et son amour pour Franco semble la combler. Mais une grossesse inattendue et des cauchemars bouleversent peu à peu son univers tranquille. Son enfance, enfouie depuis longtemps aux tréfonds de son inconscient, resurgit apportant avec elle des souvenirs difficiles...

 

Notre critique:

En adaptant elle-même son roman à l'écran, Cristina Comencini (fille du célèbre réalisateur Luigi Comencini) s'est au moins assurée de ne pas être trahie… Si le sujet est donc fidèle au roman, la mise en image reste souvent trop conventionnelle pour être vraiment intéressante. De plus, en jouant beaucoup sur le non-dit et en essayant de traduire systématiquement en images sentiments et idées, Cristina Comencini rend l'ensemble un peu trop artificiel et ne parvient pas à dynamiser réellement son propos.

Heureusement une bonne photographie et surtout une excellente interprétation atténue les défauts et renforce un récit centré sur un traumatisme oublié, enfoui au fond de la mémoire de la jeune fille. En refaisant surface, cet épisode tragique de l'enfance de Sabina provoquera l'éclatement du présent et la remise en question de son existence rangée et calme.

Enfin, si LA BESTIA NEL CUORE est touchant et intéressant, il rentre hélas dans un canevas que le cinéma italien semble développer ces dernières années en formatant un peu trop ses oeuvres par rapport à des critères télévisuels (comme on a pu reprocher à l'excellent LA MEGLIO GIOVENTU). L'arrondissement des angles pour ce format (que cela soit au niveau de la mise en scène ou du scénario) laisse un goût de trop peu dans les yeux des spectateurs qui se rappelleraient les outrances et l'irrévérence du cinéma italien d'autrefois… Mais, bon, il faut sans doute vivre avec son temps…