Kidnapping Mr. Heineken

Kidnapping Mr. Heineken

Une bande de copains qui perdent tout et qui se trouvent contraints de kidnapper un des hommes les plus riches de Hollande, Alfred Heineken, patron des brasseries du même nom, c’est la base vraie du nouveau film de Daniel Alfredson, réalisateur suédois connu pour ses deux adaptations de deux des romans de Stieg Larsson (Millenium).
Ingénieux et malins, les kidnappeurs commencent plutôt bien: ils cambriolent une banque pour avoir l’argent pour démarrer, se préparent et planifient leur action. Jusqu’au kidnapping lui-même cela se passe bien et puis tout commence à déraper car ils n’ont pas de réponse à leur demande de rançon.
Et de façon plutôt étrange, le film est un peu à l’image du kidnapping, il démarre plutôt bien, très dynamique, entre humour et action, et commence peu à peu à s’effondrer sur lui-même par manque d’attachement à ses personnages et par un suspens qui s’effrite au fil des scènes.
Si le casting n’est pas responsable de cette baisse de régime, Hopkins jouant un Heineken débectant à souhait, c’est plutôt le script qui n’ose pas utiliser à fond le point de départ et essayer de pénétrer au plus profond les raisons et la mécanique du kidnapping. Dommage…

Articles associés

Clara Sola

I am Chance

Top Gun: Maverick