Jane got a Gun

Le western reviendrait-il à la mode? Ce genre, très populaire jusque dans les années 70, s’est effondré pendant plusieurs années, et semble depuis les années 2000 avoir un sursaut (peut-être grâce à Quentin Tarantino (DJANGO UNCHAINED, THE HATEFUL EIGHT).

Quoiqu’il en soit, cela nous redonne l’occasion de voir et revoir un genre qui n’avait pas forcément livré toutes ses potentialités scénaristiques. Ce JANE GOT A GUN, en prenant un personnage de femme comme personnage central, choisit d’aborder un point de vue plus féminin dans un genre très masculin par ailleurs.

C’est hélas la seule originalité de ce western qui pour le reste demeure très classique en jouant sur le côté vengeance, héros solitaire, grands espaces et dialogues en mode économique. Sinon le jeu sur les flashbacks explicatifs (comment Jane et Bill sont ensembles et pourquoi ils ont des problèmes avec le gang Bishop) parvient à dynamiser un peu le tout  et surtout le récit qui est un peu étiré à loisir.

La fin, très morale et très happy ending, ne rajoute rien à la qualité de l’ensemble contrairement à la prestation de la toujours très charmante Natalie -Padmé- Portman.

Articles associés

Twisters

Longlegs

Fremont