Inju
Accueil Critiques Inju, la bête dans l’ombre

Inju, la bête dans l’ombre

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Inju, la bête dans l'ombre

Equipe:
Durée : 105’
Genre: Suspense
Date de sortie: 16/09/2008

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Alex Fayard, écrivain de romans policiers, passionné par le Japon où il a vécu le temps d'un stage, donne à l'université à Paris un cours sur Shundei Oe, écrivain japonais mystérieux, qu'il admire. A l'occasion de la promotion de son roman sur l'île du pays du soleil levant, Fayard est bien décidé à rencontrer celui qui l'a inspiré et que personne n'a jamais vu en chair et en os. Mais voilà, dès son arrivée, il reçoit des menaces directes de la part d'Oe...

 

Notre critique:

Basé sur un roman d’un des plus grands auteurs japonais de romans policiers d’investigation du 20e siècle, Ranpo Edogawa (pseudonyme de Hirai Taro) , INJU ressemble avant tout à une sorte d’hommage occidental de Barbet Schroeder (TRICHEURS, BARFLY) au cinéma et à la culture japonaise.

Mais Schroeder voulant probablement trop bien faire se perd quelquefois dans son exercice de style n’allant pas assez loin dans sa démonstration lorsqu’il s’agit de traduire l’ultra-violence et la sexualité sans limites morales dont parle son héros Alex Fayard -interprété un petit peu trop mécaniquement par Benoît Magimel– et se fourvoie dans une intrigue policière trop pleine de fausses pistes un peu faciles.

Du coup, certaines scènes prêtent plus à sourire qu’à faire peur ou qu’à générer l’angoisse.

Et c’est plutôt dommage surtout par rapport à la très bonne vision du Japon moderne qu’il fait passer tout au long du film (notamment dans les rapports entre occidentaux et japonais) mais aussi par rapport aux éléments de suspense et de l’énigme qui s’emboîtent parfaitement et assez simplement.