Inexorable

Inexorable

Après ADORATION (déjà avec Benoît Poelvoorde) en 2019 qui s’éloignait quelque peu du film de genre pour être plus proche d’un film « social », Fabrice Du Welz revient avec INEXORABLE à du thriller plus noir qui embarque le spectateur au centre d’une famille déjà légèrement dysfonctionnelle qui va recevoir la visite d’une inconnue.

Depuis Pasolini en 1968 avec THEOREME qui a mis la barre assez haut dans ce type de scénario, les films avec un visiteur qui vient bouleverser la vie d’un groupe de gens ont vu pas mal de déclinaisons passer sur nos écrans. En ce sens INEXORABLE ne s’écarte pas des modèles précédents si ce n’est qu’il joue sur cet événement pour nous concocter une histoire à suspense du début à la fin.

Le scénario est presque classique: Marcel Bellmer est un écrivain qui tente d’écrire à nouveau après son roman à succès « Inexorable ». Sa femme Jeanne est celle qui a l’argent. Ils ont une fille, une belle maison familiale et devraient être heureux mais la fêlure n’est pas loin. Et lorsque Gloria, une jeune femme débarque, on sent qu’inexorablement, les choses vont basculer.

Avec une très belle gradation dans la narration et une belle évolution en douceur du personnage de Gloria, INEXORABLE explore les interactions entre les personnages pris dans une spirale infernale (à l’image de la spirale de l’escalier de la demeure). Cette montée dans l’angoisse est particulièrement bien amenée, sans heurts, correspondant parfaitement au fait que les personnages se retrouvent face à eux-mêmes et face à leurs démons et leurs vérités.

Le casting mené bille en tête par un Benoit Poelvoorde tout en retenue vient compléter un film à la mise en scène bien maitrisée, avec une mise en image qui bénéficie du talent de Manuel Dacosse et une bande son bien utilisée tout au long du film.

INEXORABLE nous prouve que Fabrice Du Welz maitrise sans conteste de mieux en mieux son art et parvient à nous livrer un film sous tension de bout en bout avec une très belle expertise de toutes les facettes de son métier de cinéaste.

Articles associés

The Black Phone

Jurassic World Dominion

C’est magnifique!