I Care a Lot
Accueil Critiques I Care a Lot

I Care a Lot

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe: Alicia Witt, Chris Messina, Dianne Wiest, Eiza González, J Blakeson, Peter Dinklage, Rosamund Pike
Durée : 118’
Genre: Comédie satirique
Date de sortie: 11/08/2021

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Dans un home, des infirmières amènent les médicaments aux pensionnaires. Pendant ce temps, à l'entrée, un fils veut voir sa mère qu'une tutrice légale a placé là contre son gré...

 

Notre critique:

Et si il y avait moyen de se faire de l’argent en montant une agence de tuteur qui se fait du blé sur la démence sénile? Vous croyez que c’est impossible? Pas aux Etats-Unis où il suffit d’avoir une bonne idée et de profiter du système pour monter sa petite entreprise.

Et c’est en se basant sur cette possibilité que le réalisateur J Blakeson a écrit ce I CARE A LOT. Après avoir commis, le très grinçant THE DISAPPEARANCE OF ALICE CREED avec Gemma Arterton, et le plus ou moins raté film d’anticipation THE 5TH WAVE, il revient donc, avec son 3e long métrage, vers l’humour noir, sarcastique, ironique, jubilatoire et politiquement très incorrect qui lui avait bien réussi pour le premier.

Et il a en plus la chance d’avoir la reine du sourire carnassier, j’ai nommé Rosamund Pike, qui fait ici une prestation certainement équivalente à celle de GONE GIRL dans un genre plus décalé et plus borderline. Sa confrontation avec Dianne West qui joue le rôle de la vieille dame qu’elle a internée est digne d’un grand numéro de comédiennes, une vraie envolée de talents réunis.

En proposant une mise en scène très soignée et très dynamique, jouant à la fois sur le côté monde parfait sombrant dans une certaine dystopie, J Blakeson nous offre sur un plateau une critique très noire et très méchante de la libre entreprise façon US. Car on sent très vite que rien ne pourra arrêter l’ascension de cette carnassière qui se sort en toutes circonstances des plus mauvais pas.

En toute circonstance? Un film complètement amoral et méchant jusqu’au bout? En fait I CARE A LOT est bien plus que ça car le scénario non seulement très vraisemblable est aussi suffisamment malin que pour nous rappeler que l’on est jamais méchant impunément.

Un plaisir d’été à consommer sans modération!

 

Ces articles pourraient vous intéresser