Heojil kyolshim

Heojil kyolshim - Decision to leave

Un flic enquête sur une présumée meurtrière de l’assassinat de son mari dans des circonstances semblant accidentelles. Il tombe amoureux de cette dernière ce qui ne rend pas l’enquête facile. Histoire bien tordue pour ce HEOJIL KYOLSHIM (Decision To Leave), faisant immédiatement pensée à sa grande soeur américaine largement moins subtile mais très efficace, BASIC INSTINCT.

Pour un film au scénario complexe et subtil, il fallait un réalisateur subtil assumant sa complexité. Park Chon Wook était l’homme de la situation. Le réalisateur coréen de OLD BOY, MADEMOISELLE ou LADY VENGEANCE est un habitué des récits qui manipulent le spectateur avec talent et intelligence.

D’emblée Park Chon Wook démontre son savoir-faire de la mise en scène, il joue sur des placements de caméra osés, sur le cadre, sur des gros plans. Toujours pertinente sa caméra donne le ton et renforce le mystère. L’avoir couronné meilleur metteur en scènes à Cannes en 2022 allait de soi et cela aurait été une injustice absolue de ne pas reconnaître son immense talent à cette occasion. Cerise sur le gâteau, il n’oublie jamais l’humour qu’il manipule avec soin tout au long de sa narration.

Les idées fusent tout au long de l’histoire (le suicide sur la plage est un bel exemple d’idée sombre, folle et incroyable), la maestria de la mise en scène accompagnent à merveille celles-ci, donnant à l’ensemble une impression de fluidité et faisant passer les plus de deux heures de film comme un rêve éveillé.

Humour du désespoir, amour et romance dramatiques, le tout sur fond de meurtres, DECISION TO LEAVE est un vrai plaisir des yeux, de l’esprit qui prouve si besoin était que le cinéma coréen est décidément au top de sa forme!

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer