Halloween Ends

Halloween Ends

Michael Myers n’en finit pas de revenir. Le film culte de John Carpenter en 1978 a donné lieu à de nombreuses suites. Troisième volet du triptyque initié par David Gordon Green, un réalisateur assez éclectique (il a beaucoup travaillé pour la télé) mais sans aucune oeuvre majeure, HALLOWEEN ENDS est censé clôturer à jamais ce tueur en série qui aura marqué à jamais le cinéma des slashers.

Si HALLOWEEN KILLS avait déçu en 2021, égarant son sujet en cours de route et tournant en rond, jouant son rôle de film de liaison dans le triptyque hommage de Halloween, HALLOWEEN ENDS reprend les choses en main, replaçant rapidement les personnages aux centre du récit tout en faisant rentrer de nouveaux.

Le début du film replace tout dans son contexte et Michael Myers devient mentor d’un nouveau tueur. La boucle est bouclé c’est comme si l’on assistait à la naissance de Myers et à sa fin dans le même film. « Je suis le psycho, vous êtes le phénomène de foire » dira Corey, le jeune homme mal dans sa peau qui prendra Michael comme mentor.

Côté narration et mise en scène, il y a clairement une volonté de coller aux années 70-80, jusque d’ailleurs dans certains effets gore appuyés. David Gordon Green a cette fois mieux maîtrisé son hommage à Carpenter et conclut sa trilogie en fermant une porte mais sans les fermer toutes.

Verra-t-on un jour une suite à ce qui se veut être la conclusion définitive de la saga des Halloween?

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer