Gringo

Sur fond de dérision et d’humour noir, Nash Edgerton, frère de Joel (qui joue dans le film), livre, avec ce GRINGO, un film au dialogues cinglants et au casting impressionnant.

Présenté en clôture du Brussels International Film Fantasy Festival (le BIFFF pour les intimes) en 2018, GRINGO pêche hélas par un scénario faussement alambiqué et manquant totalement de rythme ce qui ruine en grande partie le plaisir du casting et des bons mots.

Ces bons mots, c’est principalement une Charlize Theron (ATOMIC BLONDE, MAD MAX: FURY ROAD) -qui a produit le film- qui les dispensent avec un plaisir non dissimulé au travers de la bouche de son personnage de patronne imbuvable, plus macho et plus salaces que les hommes qui l’entourent.

Et c’est d’autant plus dommage qu’avec quelques ellipses bien placées, avec un scénario plus simple et une mise en scène plus inventive, GRINGO aurait sans conteste été une excellente surprise.

Articles associés

The Zone of Interest

La fille de son père

Le deuxième acte