Godzilla

Godzilla

60 ans après l’original, et un peu plus de 15 ans après le film raté de Roland Emmerich, voici donc la relance (le ‘reboot’) américaine du plus célèbre monstre japonais de notre bonne vieille planète, GODZILLA.
Après le mauvais remake de 1998, on pouvait craindre le pire pour ce nouveau film made in Hollywood. Heureusement, loin d’un Emmerich, c’est Gareth Edwards, réalisateur de l’intéressant (même si inabouti) MONSTERS et spécialistes des effets visuels, qui s’est attelé à la délicate tâche de mettre en scène le lézard géant à partir du scénario de Max Borenstein (dont c’est le deuxième scénario).
Et l’on peut dire sans hésiter que ce reboot est une vraie réussite. Reprenant le mythe à sa base, le modernisant sans en oublier les fondamentaux (comme la critique directe du nucléaire, le combat entre godzilla et un monstre mutant), le GODZILLA de 2014 est un film 100% catastrophe dans la grande tradition du terme, divertissant et bourrés d’effets visuels soufflants.
Avec ses deux heures de pellicule sans temps morts, ce GODZILLA en 3D (et oui, il fallait bien qu’il cède à la mode), à la musique très appuyée et très explicite, est LA bonne surprise de cette année 2014 dans la masse des blockbusters complètement inintéressants qui parsèment pour le moment nos écrans.

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls