Ghostbusters

32 ans plus tard, on ressort du placard les chasseurs de fantômes de GHOSTBUSTERS, film (presque) culte des années 80, et l’on tente de lui donner un grand coup de neuf sans trop changer la base du scénario.

Comment? Très simple, semblent s’être dit les scénaristes. A l’heure du tout féminin, pourquoi ne pas changer l’équipe de garçons originale en une équipe de filles? Fausse ou vraie bonne idée, difficile à dire! En tout cas, c’est LE changement de ce reboot (car ce n’est pas une suite) qui met en scène 4 héroïnes déjantées interprétées par des comédiennes suffisamment barrées pour être crédibles.

Malheureusement, si le GHOSTBUSTERS d’Ivan Reitman n’était déjà pas une énorme réussite (mais il avait au moins le mérite d’être différent), celui de Paul Feig (à qui l’on doit les sympas SPY et BRIDESMAIDS) ne repose sur rien d’autre que son équipe féminine et sur un scénario peu inventif, fait de bric et de broc, qui plagie plus le premier qu’il ne lui rend hommage.

Dans la première heure, GHOSTBUSTERS version 2016 manque beaucoup de rythme, compensé quelque peu au final par un délire d’effets et des fantômes en nombre. Globalement d’ailleurs les effets sont plutôt, avec le casting, ce qui est le plus réussi dans ce reboot.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père