Freelance
Accueil Critiques Freelance

Freelance

par Eric Van Cutsem

Cotation:

2 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un bus rempli de militaires arrive dans un camp d'entrainement. Mason Pettits débarque pour devenir un vrai militaire, un marine qui a trouvé sa voie dans la vie...

 

Notre critique:

FREELANCE commence en caméra subjective avec une voix off pour nous faire vivre de l’intérieur le début de la vie du héros Mason Pettits, militaire contrarié, avocat parce qu’il fallait bien voir un métier normal. Il repart sur le terrain pour protéger une journaliste qui va interviewer un dictateur dans un pays imaginaire d’Amérique du Sud, la Paldonia.

L’argument est classique et relève du film de 2-personnes-qui-ne-s’aiment-pas-mais-qui-vont-devoir-vivre-ensemble-du-fait-de-certaines-circonstances. On sait comment cela commence et comment cela finit et tous les clichés qui vont être véhiculés par le récit.

Pas de surprises donc dans ce FREELANCE qui se veut exotique, humoristique et bourré d’action. Mais hélas, le réalisateur français Pierre Morel (à qui l’ont doit pourtant TAKEN et BANLIEUE 13) empêtre son film dans une mise en scène qui manque d’homogénéité et de dynamique.

Dans le rôle du héros capable de tout faire, on retrouve John Cena, lutteur professionnel devenu acteur à gros bras pour de nombreux seconds rôles (FAST & FURIOUS X, FAST & FURIOUS 9, THE SUICIDE SQUAD) et producteur de séries télévisées. En journaliste people, Alison Brie (PENTAGON PAPERS) balade son charme dans la jungle et à cheval sans apporter une once de crédibilité au film. Tous les 2 sont des marionnettes sans vie dans un film qui n’utilise même pas leurs qualités premières.

Trainant en longueur, bourré de dialogues inutiles et explicatifs, FREELANCE n’a que peu d’intérêts comme long métrage mais pourrait bien satisfaire des spectateurs peu exigeants d’une plateforme de streaming d’ici quelques temps (Amazon Prime pour ne pas la citer).

 

Ces articles pourraient vous intéresser