Accueil Critiques Firestorm

Firestorm

par Olivier Guéret
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 89’
Genre:
Date de sortie: 14/07/1998

Cotation:

2 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un pompier se retrouve coincé entre une foret en flammes et une bande d'affreux évadés de prison.

 

Notre critique:

Faute de basketteur, on a pris un footballeur comme future star des nanars-musclés made in l’usine à chewing-gums. Donc exit Michael Jordan ou Denis Rodman et bonjour Howie Long. On devine à vos regards stupéfaits que vous ne connaissez pas encore cette nouvelle montagne de muscle dominée par une tête en forme de ballon (de foot) et arborant un sourire Pepsodent à faire pâlir Patrick Sabatier.

N’ayez point honte, il est tout à votre honneur d’ignorer la nouvelle bête des films tout aussi bêtes.

Bon puisqu’il faut parler de l’histoire, on se lance. Jesse (Howie L.) est le chef d’une patrouille de ‘smokejumpers’ (des pompiers qui sautent en parachute au dessus de forêts en flamme, quoi!). Il va évidemment être pris entre deux feux, au sens propre comme au figuré. Donc, deux incendies de forêt et comme Howie, il est tellement fort, on s’est dit que ce ne serait pas suffisant. Alors on lui rajoute par dessus un groupe d’évadés d’une prison proche (vous ne le saviez peut-être pas mais dans les films américains, il y a toujours une prison près d’une forêt, c’est plus pratique pour les scénarii ). Ces derniers sont très très méchants et ont un humour très très con. Le beau Jesse ne saura plus où donner de la tête et des bras pour sauver la belle, qu’on se demande bien ce qu’elle vient foutre dans ce pétrin…

Images digitales pour les plans d’ensemble d’incendie, scénar bidon, réalisation cultivant les invraisemblances et Scott Glenn dans un rôle identique à celui tenu dans Backdraft, pour une TEMPÊTE DE FEU aussi ébouriffante qu’un pet de mite.