Fair Game

Fair Game

Au-delà du traditionnel ‘basé sur des faits réels’, puisque c’est effectivement ce dont il s’agit ici, le film de Doug Liman a le très grand intérêt de nous emmener dans les ‘coulisses’ de l’espionnage. En effet, en nous permettant d’observer dans cette fiction un couple somme toute normal dans lequel le mari sait que sa femme travaille à la CIA mais ne connaît rien de son travail d’espion actif, il entraîne le spectateur dans un domaine très méconnu du grand public. La balance entre espionnage et vie privée devient d’ailleurs très vite le centre du film.
Et c’est vraiment là le premier côté passionnant du récit… Ensuite viennent bien évidemment tout le côté politique qui nous fait entrer dans les dessous du gigantesque mensonge de G. W. Bush à son électorat et au reste du monde (c’est la deuxième fois depuis GREEN ZONE), mais aussi le côté médiatique et les manipulations à outrance qui renforcent le réalisme du fait divers.
Le défaut du film? Doug Liman a montré un certain talent dans la réalisation musclée (MR. & MRS. SMITH, THE BOURNE IDENTITY) et se trouve ici confronter à des moments plutôt intimistes et introspectifs pendant lesquels on a vraiment le sentiment qu’il montre les limites de sa mise en scène et de sa direction d’acteurs… Dommage, car le sujet avait un potentiel plus que certain surtout avec le couple Naomi Watts, Sean Penn

Articles associés

Clara Sola

I am Chance

Top Gun: Maverick