Enemy

Enemy

Présenté en seconde clôture du Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (le BIFFF pour les intimes), ENEMY est un film étrange qui n’est pas sans rappeler le sentiment et l’atmosphère que l’on peut avoir après la vision d’un IDENTITY, d’un THE SIXTH SENSE ou d’un MULLHOLLAND DR.

Très soigné, tant au niveau de la photographie, de la mise en scène ou du script écrit au cordeau, le film distille une atmosphère mystérieuse et malsaine, poussant le spectateur au questionnement, chargeant le récit de références internes croisées qui aiguillent -sans jamais rien dévoiler- vers une compréhension du sens à donner à l’ensemble.

Le double n’est ici jamais gratuit et est la révélation de deux facettes d’un personnage admirablement joué par ce merveilleux acteur qu’est Jake Gyllenhaal. Tenu en haleine jusqu’aux images finales, le spectateur risque encore longtemps d’être hanté par les images hypnotisantes et intrigantes du film.

Après INCENDIES et surtout PRISONERS, le canadien Denis Villeneuve continue donc à nous livrer des films qui sortent de l’ordinaire et tentent de nous faire réfléchir sur des sujets pas toujours évidents au premier abord. Et si le côté un peu cryptique de cet ENEMY peut déstabiliser face aux précédents ouvrages du réalisateur, le film n’en reste pas moins une démonstration de la grande maîtrise de Villeneuve dans sa mise en scène et confirme tout le bien que l’on peut penser d’un cinéaste à suivre absolument.

Articles associés

Jurassic World Dominion

C’est magnifique!

Champagne!