Emperors of Nothing - La peine
Accueil Critiques Emperors of Nothing

Emperors of Nothing

par Eric Van Cutsem

Titre français : La peine

Equipe: Cédric Gerbehaye
Durée : 90’
Genre: Documentaire
Date de sortie: 08/05/2024

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Emperors of Nothing est une immersion sans précédent dans Forest, une prison bruxelloise connue pour ses conditions d'incarcération inhumaines, témoignant de la façon dont l'esprit humain résiste ou se soumet à ce monde hostile. Des moments profondément personnels et sincères partagés avec des détenus et des gardiens, ceux qui ont abandonné ou consacré leur vie à la prison, exposent des vérités universelles sur ce que cela signifie d'être "derrière les barreaux".

 

Notre critique:

Cela fait des années que les médias et certains partis politiques alertent sur la qualité lamentable de la vie en prison à Bruxelles (Forest pour les hommes et Saint-Gilles pour les femmes). Jusqu’à présent, aucun reportage n’avait eu la possibilité de filmer de l’intérieur cette déchéance et cette dégradation de l’humanité.

Filmé en noir et blanc (sans doute pour bien insister que la vie en prison n’est pas noir ou blanche, mais tout en nuances de gris), EMPERORS OF NOTHING (La peine) comble donc ce manque d’état des lieux profitant de la transition des prisonniers depuis Forest vers la méga prison de Haren (ultra moderne et tout autant déshumanisée!) pour faire pénétrer une caméra intra-muros.

Avec beaucoup de pudeur, sans jamais tomber dans un manichéisme facile, le film de Cédric Gerbehaye montre avant tout des hommes et des femmes, qu’ils ou elles soient prisonniers, gardiennes ou directeurs, qui se débattent tous les jours pour survivre dans ce qui s’apparente à des conditions de vie inhumaine (pas d’eau dans les cellules, pas de toilettes, etc…). Que ce soit dans la vie quotidienne, dans le travail, dans les rapports entre prisonniers, dans les petits trafics ou dans les amours, la caméra ne s’impose jamais mais est simplement là pour témoigner.

Accordant un soin très privilégié au cadrage et en faisant une économie de dialogues, le réalisateur fait vivre les spectateurs au plus près de ces êtres humains nous permettant ainsi de rentrer en empathie avec eux et de mieux les comprendre.

LA PEINE (Emperors of Nothing) est un documentaire à voir pour éveiller nos consciences sur l’inhumanité de certaines prisons mais aussi pour nous faire réfléchir sur la question primordiale des prisons: sont-elles vraiment faites pour la réinsertion des détenu.e.s?