El Clan

EL CLAN est basé sur des faits réels. Clea nous fait une belle jambe, me direz-vous, vu le nombre de films qui se vantent désormais d’être adaptés de faits divers. Vu que l’on sait depuis longtemps que la réalité dépasse souvent la fiction, ce n’est pas étonnant. Ici cependant, la réalité étant celle politique d’une Argentine en pleine dictature, on peut dire que cela ajoute fortement à la fiction en question…

Toutefois, cela ne fait pas d’EL CLAN le film imparable qu’il voudrait être car la mise en scène et le scénario ne parviennent pas à toujours rendre parfaitement l’atmosphère d’une époque troublée dans lequel un homme, Arquemedes, qui s’est vu confié pendant des années les basses oeuvres (i.e. les enlèvements et assassinats des opposants politiques) d’un gouvernement tyrannique poursuit son action en toute quiétude -comme un travail classique et régulier- alors que la démocratie est en place.

Si le sujet et le traitement font penser à de grands tueurs en série dans l’histoire (comme Landru), le fond, plus politique, interpelle, bien sûr, et la destinée de cette famille surprend, même si l’empathie avec les personnages est plutôt difficile (malgré la prestation d’un excellent Guillermo Francella.

On regrettera que ni le côté politique ni le côté thriller et suspens ne ressortent vraiment et n’embarquent le spectateur dans un film qui aurait pu être une absolue réussite.

Articles associés

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls

Dune: Part Two