Down To Earth
Accueil Critiques Down To Earth

Down To Earth

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Les Pieds Sur terre

Equipe:
Durée : 87’
Genre:
Date de sortie: 18/09/2001

Cotation:

1 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Lance Barton est un coursier de Harlem. Son rêve? Devenir LE comique du cabaret Apollo.
Malheureusement chacune de ses apparitions se solde par un échec dû au trac qui l'habite. Cela ne serait rien si en plus de cela, un ange trop prompt ne l'envoyait au Paradis alors qu'il n'avait pas fini son temps sur terre... Heureusement le responsable des admissions au Paradis, reconnaissant l'erreur, l'autorise à retourner sur terre. Mais voilà, plus question de retourner dans son corps, il faudra prendre celui d'un autre!

 

Notre critique:

On connaît surtout les turpitudes des frères Chris et Paul Weitz sur AMERICAN PIE (1 et 2) et a priori, les voir réaliser ce remake de HEAVEN CAN WAIT de Warren Beatty peut paraître plus que bizarre vu que le sujet n’a que très peu de connotations sexuelles et scatologiques.

C’est peut-être d’ailleurs pour cela que ce film, malgré une bonne volonté affichée, et un humour aussi absent que le soleil de Belgique, ne décolle jamais et n’atteint même pas le but d’être une ode à son acteur principal, Chris Rock (vu dans DOGMA ou dans LETHAL WEAPON 4), un spécialiste du One Man Show en cabaret.

On parvient donc à peine à sourire et l’on souffre surtout en lisant dans les interviews du producteur qu’ils ont voulu tous ensemble nous faire un film qui parle du jugement des autres sur la simple apparence, sur le racisme et sur toutes ces choses-là… Car on peut leur dire que la profondeur de leur film est clairement inversement proportionnelle à leur volonté d’y mettre quelque chose!

A noter pour l’anecdote la présence au casting de Greg Germann (le patron d’Ally McBeal dans la série du même nom) et de Chazz Palminteri, un des seconds couteaux d’Hollywood, acteur, scénariste (tant au théâtre qu’au cinéma) des plus intéressants qui soit… Mais que sont-ils venus faire dans cette galère?