Denise Calls Up
Accueil Critiques Denise Calls Up

Denise Calls Up

par Olivier Loncin
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Denise Au Téléphone

Equipe:
Durée : 80’
Genre:
Date de sortie: 30/12/1999

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un groupe d'amis - ou faudrait-il dire de connaissances? - essaie de se fixer un rendez-vous pour passer une soirée ensembles. Le téléphone est évidemment l'outil indispensable pour réussir ce tour de force qui consiste à faire coïncider les horaires de chacun. Au passage, les uns et les autres se relaient les derniers potins concernant chacun entraînant controverses, rencontres (téléphoniques) et malentendus.

 

Notre critique:

Au départ amusant exercice de style sur la communication – les protagonistes ne se rencontrent jamais autrement que grâce au téléphone et ne sont donc jamais physiquement ensembles dans le même décor – DENISE CALLS UP se révèle en finale un constat glaçant sur la désincarnation des rapports humains.

Bien sûr DENISE… est une caricature et ancre son inspiration sur le mode de vie américain « côte est » nettement plus sédentaire que le nôtre. N’empêche, elle se fonde sur une observation minutieuse de certains comportements qui ont également cours par chez nous même si c’est, mais pour combien de temps encore, de façon moins aiguë (la floraison des GSM sur les tables de restaurant en est un bel exemple).

Il est vrai aussi que l’aspect exercice de style du film peut agacer, notamment par les partis pris concernant le montage, qui fait que les dialogues sont montés en fonction de la personne qui a la parole. A chaque changement d’interlocuteur on change de plan et comme le film n’est qu’une succession de dialogues parfois très rapides, autant dire que le montage est assez speedé. Heureusement, Hal Salwen a eu la bonne idée de ne pas tirer les choses en longueur et de boucler son histoire en 80 minutes tout en la parsemant de quelques rebondissements osés.

Mais même si le principe peut lasser certains, la qualité du propos tenu mérite largement la vision de cette histoire où des individus se convainquent de leur capacité à communiquer en utilisant jusqu’à l’absurde des outils de communications comme le téléphone.

Cette confusion consciente ou non, mais qui nous guette tous, entre l’outil de communication et la communication elle-même entraîne dans une spirale infernale qui mène à une solitude absolue.

Au détour d’un bon mot ou d’une situation cocasse, DENISE CALLS UP nous donne l’occasion de redécouvrir que la communication c’est non seulement le verbe mais aussi la chair, c’est-à-dire des corps, et qu’une communication réussie doit recourir à ces deux éléments. Bonne chose.