Dead Man Talking

Dead Man Talking

Sorte de conte des mille et une nuits -puisque c’est en contant sa vie que William Lamers sauve la sienne, DEAD MAN TALKING est l’oeuvre de l’homme orchestre Patrick Ridremont, à la fois devant et derrière la caméra, coupable de ce surréalisme total, innocent de l’effet que le film aura sur le spectateur non averti…

En alliant à la fois une réflexion sur la peine de mort et sur les médias et le système politique, Ridremont va bien plus loin que ne le laisserait entrevoir à priori sa farce de collégien à laquelle on rit, c’est vrai, mais aussi par laquelle on s’interroge.

Et même si le film comporte indéniablement des faiblesses inhérentes à sa forme, DEAD MAN TALKING reste un moment jubilatoire et sympathique qui ne manquera pas de plaire à tous les amateurs de décalages…

Et à propos de décalages, ne manquez pas d’aller visiter le site Internet du film qui, lui aussi, change des traditionnels sites de films…

Articles associés

Chlopi

Le bleu du caftan

The Eternal Daughter