Accueil Critiques Crna macka, beli macor

Crna macka, beli macor

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Chat Noir, Chat Blanc

Equipe:
Durée : 130’
Genre: Comédie
Date de sortie: 27/10/1998

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Matko le gitan est un petit truand stupide vivant sur les bords du Danube. Lui et son fils Zare essayent tant bien que mal de ne pas se faire rouler par les Russes... Jusqu'au jour où Matko se décide à réaliser un gros coup avec l'aide financier de Grga Pitic, le parrain de la communauté gitane. Mais Dadan, un redoutable bandit, le coiffe au poteau, le mettant ainsi dans une situation difficile.

 

Notre critique:

Kusturica avait dit qu’il ne tournerait plus. Tout le monde (ou presque) en avait été marri. Un tel créateur d’imaginaire qui ne voulait plus créer, c’était impensable. Que l’on se rassure, il n’aura fallu que 3 années à cet homme aux récits fantasques pour se décider à retourner derrière la caméra qu’il n’aurait jamais du quitter.

Qui dit Kusturica dit imagination débridée, histoires déjantées et personnages exubérants. BLACK CAT, WHITE CAT n’échappe pas à la règle, bien au contraire. Et si l’on est toujours fasciné par le foisonnement d’idée de ses films, s’installe aussi hélas une certaine répétition qui risque d’en lasser plus d’un. Sorte de mélange d’UNDERGROUND et du TEMPS DES GITANS, BLACK CAT, WHITE CAT donne l’impression d’une immersion dans un univers parallèle baroque et fantaisiste. Les personnages y sont totalement uniques tant par leurs personnalités que par leurs trognes. On se demande où il va trouver de telles gueules de cinéma et de telles natures d’acteur.

Indubitablement, le film porte l’empreinte de Kusturica, ce qui ravira et fera jubiler ses fans mais qui risquera d’en agacer d’autres. Personne n’est parfait…