Comme un avion

Comme un avion

Si Bruno Podalydès n’existait pas, je voterais immédiatement pour qu’on l’invente. Car cet acteur/réalisateur, frère de Denis Podalydès, a ce regard bienveillant sur la vie et les gens qui le rapproche sans conteste d’un Tati ou d’un Resnais. Et à de rares exceptions près (LE PARFUM DE LA DAME EN NOIRE ne fonctionnait pas parfaitement), tous ses films méritent le détour nous entrainant bien souvent sur des chemins de vie souvent surréalistes mais toujours tendres et candides.
Avec COMME UN AVION, il s’attarde une nouvelle fois sur le couple (comme dans DIEU SEUL ME VOIT ou dans ADIEU BERTHE) et sur un personnage de doux rêveur qui va partir en kayak sur les rivières de France (il n’ira pas très loin cependant!) faute de s’embarquer sur les avions de l’aéropostale.
S’attardant sur des détails qui font mouche et d’où naissent les nombreux moments magiques et heureux du film, Bruno Podalydès décline avec humour une certaine philosophie de vie à mille lieues de notre société de consommation à la va-vite, distillant ces perles de tendresse et de bonheur à tous les personnages féminins de son film.
Car si c’est le film d’un homme, c’est aussi un bel hommage à toutes ces femmes qui nous entourent, personnifiées ici par de merveilleuses comédiennes, d’Agnès Jaoui à Sandrine Kiberlain en passant par la magnifique Vimala Pons.
Vous l’aurez compris, on ne sort pas de COMME UN AVION comme de n’importe quel film, on continue à planer au fil de la douceur de son propos…

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls