Club Zero

Club Zero

On aimera ou on aimera pas ce CLUB ZERO, fable alimentaire de Jessica Hausner. La réalisatrice autrichienne de LITTLE JOE et de LOURDES continue à délivrer des films différents, souvent empreints d’un côté démonstratif, lent et dont la mise en scène parfois répétitive peut agacer.

Avec ce nouveau film, elle aborde par la bande un des difficile problème qu’affronte pour l’instant l’humanité: son alimentation. Avec le dérèglement climatique, les émissions de gaz à effet de serre (GES) et l’usage intensif des pesticides et des engrais, l’humanité se pose de nombreuses questions sur la façon de se nourrir dans le futur. Et si nous pouvons certainement améliorer notre élevage et notre agriculture, il faut aussi peut-être se poser les question de moins manger et de moins gaspiller.

C’est tout le propos de ce CLUB ZERO qui désigne dans le film une sorte de secte qui a décidé de ne plus se nourrir du tout (zéro étant là pour zéro nourriture). Vous l’aurez compris, CLUB ZERO est bel et bien une fable, une fable critique, moqueuse même (sur la richesse, les désordres alimentaires, sur la différence, etc). L’extrémisme est lui aussi mis au pilori en montrant les dégâts qu’il peut faire.

Au centre du film, Mia Wasikowska (CRIMSON PEAK, MADAME BOVARY) compose une prof dont les croyances remplacent le savoir. Elle est constamment glaçante et renforce le côté démonstratif du film.

Alors, CLUB ZERO, agaçant ou pas? A vous de voir. En tout cas, vous savez où nous nous situons…

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père