Accueil Critiques Choo Choo

Choo Choo

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : La Nounou

Equipe :
Durée : 25’
Genre :
Date de sortie : 14/12/1999

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un petit garçon délaissé une nuit de nouvel an fabrique une poupée, sa nounou idéale et la prénomme choo choo. Celle-ci prend vie par magie et pour le remercier, lui prépare une fête dont il se souviendra encore longtemps.

 

Notre critique:

LA NOUNOU est la tête d’affiche d’un programme composé de trois courts métrages d’animation russes qui sortent à point pour émerveiller nos chérubins durant les fêtes. La programmation, courte et soignée, est le prétexte idéal pour organiser une sortie cinématographique en famille. L’occasion n’est pas si courante, aussi soulignons-la!

rn

Avec L’ARBRE AUX LUTINS, nous vivons la préparation du traîneau du père Noël. L’animation est ponctuée de quelques trouvailles visuelles de toute beauté, imprégnant ce court de dix minutes d’une poésie envoûtante. Les lutins naissent dans de gros flocons de neige cristallisés et plongent dans une neige ouatée pour s’habiller: la couleur (et la vie) envahit graduellement le décor, suivant un crescendo habilement orchestré.

rn

Dans le CONTE DU NOUVEL AN, deux jouets cassés auront bien du mal à se faire adopter par un petit enfant. Rien de bien original dans cette fable correctement animée mais sans réelle inventivité.

rn

LA NOUNOU clôt le programme en beauté. Il est réalisé par Garry Bardine, un vétéran de l’animation qui, du haut de ses 50 ans, rivalise avec les studios Aardman (WALLACE ET GROMIT).
Un petit garçon oublié par ses parents le soir du Nouvel An se fabrique une nounou improbable avec des objets hétéroclites ramassés dans le grenier. La nounou prend vie et entraîne son protégé dans un univers féerique. LA NOUNOU est superbe du point de vue esthétique (Bardine est également sculpteur). L’animation est fluide. Les décors superbes. L’histoire, drôle, se termine par un clin d’oeil tendre aux enfants qui sommeillent dans nos corps d’adultes.