Chlopi

The Peasants - Chlopi

CHLOPI (The Peasants en version international) est d’abord un exploit technique puisque ce long métrage a été tourné avec de vrais interprètes et ensuite peint entièrement à la main conférant à l’ensemble un aspect d’animation réaliste. Chaque scène et chaque plan ressemble à un tableau du peintre de la ruralité Julien Dupré.

Mais ce serait réduire CHLOPI (La jeune fille et les paysans en français) à une prouesse technique alors qu’il s’agit surtout d’une plongée dans les moeurs de la Pologne de la fin du 19e siècle. Une Pologne catholique bien sûr et surtout une Pologne encore ancrée dans une paysannerie profonde dans laquelle les femmes sont des marchandises qui ont très peu à dire.

Pour illustrer le propos, la réalisatrice, DK Welchman, et le réalisateur, Hugh Welchman (à qui l’on doit LA PASSION VAN GOGH) ont choisi de centrer le récit sur Jagna, la plus belle fille du village mais aussi la plus indépendante et la plus libre, celle qui attise toutes les convoitises et notamment celles du paysan le plus riche du village, Boryna, qui vient de perdre sa femme et songe à se remarier. Mais voilà, Antek, son fils, est amoureux de Jagna…

Avec ses personnages forts et son histoire shakespearienne, CHLOPI est révélateur d’un monde patriarcal où le folklore et les traditions (les chansons et les danses sont des témoignages de l’époque) mènent la société et nient le droit des femmes à disposer de leur corps. Le destin de Jagna sera hélas douloureux: elle deviendra le bouc émissaire de tous les problèmes du village et paiera pour les turpitudes des autres…

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls