Brothers

Brothers

En 2004, Susanne Bier avait réalisé un film danois intéressant, BRODRE, avec des acteurs plus ou moins inconnus, qui montrait comment la culpabilité pouvait engendrer le pire des malheurs dans une famille. En jouant sur ce frère disparu qui revient soudain et révèle la culpabilité des protagonistes, elle avait réussi un beau film plein de sentiments…

Avec son BROTHERS, Jim Sheridan reprend le même thème à la sauce américaine. Il insiste sur l’horreur des tortures subies par Sam alors qu’il est en Afghanistan, passe sous silence une histoire d’amour entre Tommy et Grace en la réduisant à un simple baiser et nous sert finalement une histoire qui tient nettement moins bien la route côté sentiment.

Et si il n’y avait pas une formidable Natalie Portman dans le rôle de Grace pour nous donner toute la sensibilité et l’émotion qui passe au sein de son personnage, ou si Jake Gyllenhaal, Sam Sheppard ou Tobey Maguire n’était pas de la partie, ce BROTHERS se résumerait plutôt à une étude des trauma d’après-guerre plutôt qu’à la formidable étude de culpabilité qui existait dans l’original…

Articles associés

Twisters

Longlegs

Fremont