Boîte noire

Boîte noire

Mathieu Vasseur, expert au BEA, est un spécialiste de l’écoute des boites noires à l’oreille très fine. Mais il se met à dos son patron, Victor Pollock, qui le pousse en touche alors qu’un crash important vient d’avoir lieu en Haute Savoie.

BOITE NOIRE bénéficie donc d’un sujet de base plutôt original, rarement traité au cinéma où ce sont plus souvent les crashs d’avion eux-mêmes qui sont au centre des récits. Ici Yann Gozlan, réalisateur et scénariste avec 3 autres compères, se concentre sur un enquêteur légèrement autiste dont les intuitions le poussent parfois à des sur-interprétations.

Scénario bien ficelé, suspense bien mené, le film tient plutôt bien la route même si son côté très froid ne laisse pas beaucoup de place aux émotions. Gozlan compose un récit qui joue avec la parano potentielle et le dérapage de son protagoniste principal mais aussi avec un habile mélange entre vie privée et vie professionnelle qui crée une tension supplémentaire dans le récit.

Côté interprétation, Pierre Niney (qui a joué dans L’HOMME IDEAL déjà mis en scène par Gozlan) compose un personnage attachant et pathétique dans sa paranoïa et dans son désir de bine faire. Il est juste ce qu’il faut d’autiste pour donner à corps au besoin du détail de son personnage. C’est Lou de Laâge (LES INNOCENTES) qui lui donne la réplique (elle l’avait déjà fait dans J’AIME REGARDER LES FILLES de Fred Louf en 2011) avec un jeu sobre et sensible.

BOITE NOIRE est une bonne surprise dans le domaine du thriller sophistiqué et original. Le scénario reste solide de bout en bout et ne dévoile ses twists qu’en final faisant monté le suspense avec une très bonne gradation.

Articles associés

Le torrent

Under the Fig Trees

Close