Black Mass

Pour son troisième film en six ans, le réalisateur/acteur Scott Cooper (CRAZY HEART, OUT OF FURNACE) s’attaque au biopic d’un criminel jusqu’à l’os (strictly criminal) d’origine irlandaise à la fois violent et atypique en ce sens qu’il a collaboré avec le FBI pendant des années profitant de cette collaboration pour pouvoir éliminer la mafia italienne et reprendre leur business à son compte.

Personnage étonnant qui a inspiré Scorsese pour THE DEPARTED (Les infiltrés), Jimmy Bulger est non seulement hors norme pour sa manipulation du FBI pendant des années, mais aussi pour avoir été le frère d’un Sénateur américain et avoir été en cavale pendant plus de seize ans!

Construit sous forme d’un gigantesque flashback qui part des témoignages des acolytes de Bulger alors qu’ils ont été arrêtés par le FBI, BLACK MASS est un film à l’image de son personnage principal: très violent et avec une noirceur revendiquée, le tout dans une atmosphère très réaliste et finement reconstituée des années 70-80.

Mais si le film est réussi, c’est aussi grâce à la prestation particulièrement maîtrisée de Johnny Depp dans un personnage qu’il rend effrayant par quelques mimiques simples et sans exagérations. C’est un plaisir de revoir Depp revenir au top de sa forme dans des rôles un peu moins grand-guignolesques que ces dernières années (MORTDECAI, THE LONE RANGER et sa composition en Jack Sparrow dans la série des PIRATES OF THE CARRIBEAN).

Au final, BLACK MASS a des airs à la Scorsese, ce qui n’est pas un vain compliment, tout en distillant sa propre atmosphère et sa propre morale. A voir.

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer