Accueil Critiques Black And White

Black And White

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 100’
Genre:
Date de sortie: 16/01/2001

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Rich Bower essaie tant bien que mal de ranger son passé de criminel derrière lui. Il se réoriente vers une carrière d'impresario de hip hop! En parallèle, un détective pas bien intentionné manipule un des amis de Bower afin de le faire plonger. Comme pour augmenter l'entropie de la situation, une pulpeuse documentariste et son mari ostensiblement homosexuel débarquent accompagnant un groupe d'adolescents blancs qui s'identifient complétement à la culture hip hop et qui parasitent la bande à Bower.

 

Notre critique:

Comme quoi, il ne suffit pas de défendre les bonnes causes pour réaliser un bon film. La preuve en une heure trente de musique, d’images et d’histoire assommantes.

rn

James Toback, au four et au moulin puisqu’il écrit et dirige la manoeuvre, se mélange les pieds dans toutes ses bonnes intentions! En voulant mettre en exergue des choses aussi différentes que l’identification de jeunes blancs à une culture noire, le mélange des sexes et la tolérance à l’homosexualité, la faiblesse de l’homme face à ses racines et à son destin, Toback ne parvient qu’à grand peine à nous convaincre que tout un chacun transporte quelque chose de bon en lui… et quelque chose de mauvais. Pas de quoi s’éclater le cerveau aux rythmes du hip hop. Même si on aime ça!

rn

L’idée de faire tourner des têtes connues à contre-emploi (Ben Stiller, Brooke Shields, Claudia Schiffer, Mike Tyson, Robert Downey Jr) n’apporte rien à la chose. Elle aurait même plutôt tendance à semer encore plus de confusion dans un film qui n’en manquait déjà pas.

rn

Nos conseils du jour?

rn


Pour découvrir le hip hop, passez à la médiathèque; pour apprendre que dans la vie, tous les chats sont gris, écoutez la sagesse populaire.