Beau is Afraid

Beau is Afraid

Indubitablement Ari Aster est un réalisateur à part! Ce réalisateur américain nous avait soufflés en 2018 avec son HEREDITARY, film d’horreur complètement à l’ouest, original, surprenant, gore, superbement porté par une Toni Collette (entre autres) magistrale. Puis il y avait eu en 2019 cet ovni, MIDSOMMAR, film d’horreur (inclassable) à nouveau transcendé par l’interprétation de Florence Pugh. 2 longs métrages, deux bonnes claque dans la g….!

Pas besoin donc de décrire l’état d’excitation à l’aube de la vision de BEAU IS AFRAID, 3e film et… troisième surprise. A nouveau, Ari Aster nous propose des plans de fou, des images qui vous scotchent au fauteuil et une histoire entre social, horreur, mystère avec des pointes de comédie.

Et cette fois-ci, plus que jamais, on a largement l’impression d’être transporté dans la tête d’Aster avec un film difficile à suivre par moment, spécialement sur la longueur de près de 3 heures. On part dans tous les sens mais l’on sent dans ses tripes qu’il y a une cohérence.

Et l’on pense à Darren Aronofsky et son MOTHER, à David Cronenberg dans ses films les plus personnels (CRIMES OF THE FUTURE dernièrement) tant le caractère homogène du film malgré les dérapages du protagoniste est prépondérant et fait ressentir au spectateur le trouble dans lequel Beau se trouve en permanence.

Et qui mieux que Joaquin Phenix pouvait incarner ce Beau, hyper-angoissé, traumatisé à l’excès, errant dans un monde dont on ne sait si il est issu de son imagination ou simplement une réalité future de notre planète. Phenix est comme à son habitude (JOKER, HER), tout simplement génial, transcendant les angoisses de son personnage, les plaquant sur l’écran blanc pour que le spectateur se les prenne en pleine figure.

Si il n’en reste pas moins que BEAU IS AFRAID est plus difficile à aborder et à appréhender que ne l’étaient les deux films précédents de Ari Aster, il n’en demeure pas moins que c’est un film à voir toutes affaires cessantes pour visionner ce que le cinéma a de meilleur à nous apporter dans le monde de l’imaginaire!

Articles associés

Le bleu du caftan

The Eternal Daughter

Anyone But You