Babysitting

Babysitting

Un gars plutôt looser se voit confier une mission par un patron tyrannique: garder le fils terrible de celui-ci le jour de sa soirée anniversaire. Evidemment rien ne se déroulera comme prévu.

Pour son premier film derrière la caméra, l’acteur Philippe Lacheau emprunte à gauche et à droite dans le cinéma américain pour en faire une recette française avec moins de matière grasse… Ainsi on pensera sans problème à la franchise THE HANGOVER, dans le genre nuit qui tourne mal, à PROJECT X, dans le domaine de la fête qui dépasse largement ses organisateurs et bien sûr à toute la suite de films qui utilisent  le ‘found footage’ (la cassette vidéo trouvée) comme forme pour leur récit.

Evidemment ce type d’approche diminue fort le côté surprise du film puisque le fonctionnement du récit est bien évidemment connu. Si le début n’évite pas la vulgarité facile et le n’importe quoi, BABYSITTING se rattrape heureusement vers le milieu du film en jouant un peu plus sur la composante du gamin à garder (composante qui est, elle, originale) et parvient à sauver l’ensemble de la platitude du début.

Articles associés

Club Zero

Furiosa: A Mad Max Saga

Kingdom of the Planet of the Apes