Babylon
Accueil Critiques Babylon

Babylon

par Eric Van Cutsem

Equipe: Brad Pitt, Damien Chazelle, Diego Calva, Jean Smart, Li Jun Li, Margot Robbie, Olivia Wilde
Durée : 189’
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 18/01/2023

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Bel Air, Californie, 1926.
Un camion vient chercher un éléphant au milieu d'un verger pour l'emmener dans la demeure de Don Wallach chez qui a lieu une fête décadente avec le tout Hollywood...

 

Notre critique:

Hollywood n’a pas toujours été la Mecque du cinéma business, il fut un temps, celui du cinéma muet où Hollywood était un véritable lieu de perdition enchaînant fête après fête, lupanar géant où alcool et drogue coulaient à flot aux côtés des excentricités les plus invraisemblables.

C’est en gros le point de départ de BABYLON, le nouveau film du réalisateur talentueux de WIPLASH, de LA LA LAND ou encore de FIRST MAN, Damien Chazelle. Pour son 5e film, Chazelle s’attelle donc à un gros morceau de l’histoire du cinéma américain, Hollywood.

Cependant, soyons clairs, BABYLON n’est pas film d’histoire ou un document narrant la vraie histoire d’Hollywood, mais bien plutôt une vision personnelle et quasi fantasmée d’une époque révolue située à la fin du cinéma muet et au début du parlant. C’est, et c’est important de le dire, un cri d’amour du cinéma d’un réalisateur qui sait jongler avec les codes filmiques et qui nous assène la folie et la démesure d’une époque en utilisant une forme en adéquation avec le message, elle-même folle et démesurée.

Sur le fond, BABYLON nage en plein rêve américain puissance Hollywood, où le plus insignifiant peut devenir du jour au lendemain la star dont tout le monde parle car la planète Hollywood en a décidé ainsi. Car il y a dans ce film la volonté de montrer comment Hollywood transforme la merde en or. Que ce soit Manuel, l’homme à tout faire de Don Wallach, producteur à succès, ou Nelly, l’apprentie starlette à la recherche de la gloire, tous ont potentiellement la possibilité de réussir. Mais BABYLON n’est pas un film de dupes, Damien Chazelle sait que ce qui est monté au firmament peut descendre du jour au lendemain. Hollywood ascenseur social ou machine à broyer de la chair à canon? Les deux faces d’une même médaille.

Chazelle ne s’y trompe pas et même si il nous étourdit avec les tours de passe-passe de sa caméra, il ne manque pas de nous rappeler d’où viennent ses protagonistes et de quelle façon ils y retourneront à un moment ou un autre. Balayant les années 1926 jusqu’au début des années 30, BABYLON ne laisse finalement pas beaucoup d’espoir à ces héros et héroïnes de cinéma les faisant au mieux retourner d’où ils viennent, ou au pire mourir brutalement.

SI la mise en scène du film est flamboyante, voire étourdissante (certains diront sans doute abrutissante ou creuse), les interprètes sont aussi pour beaucoup dans la qualité du film. Brad Pitt est de retour dans un de ses rôles favoris, entre grandeur et décadence et survole ces années folles avec un recul digne de la star qu’il est dans la vraie vie. En face de lui, Margot Robbie retrouve un des rôles déjantés et touchant dont elle a le secret (il suffit de se rappeler de Harley Quinn dans SUICIDE SQUAD ou dans BIRDS OF PREY par exemple). Chacune de ses apparitions est magique, son charme fonctionne et elle sait passer du rire aux larmes dans la même scène avec un talent incomparable.

BABYLON sera-t-il un hit au cinéma? Difficile à dire car le sujet, la longueur (plus de 3h de film), la mise en scène en décourageront certainement plus d’un. Brad Pitt et Margot Robbie sont eux des attractions qui pourraient attirer les foules sur leur seul nom. Quant à nous, nous ne pouvons que vous conseiller de vous précipiter en salle pour vous faire embarquer avec délectation dans cet Hollywood des années 30 selon Chazelle!

 

Ces articles pourraient vous intéresser