Au poste!

Dès les premières minutes, pour autant que l’on connaisse l’univers de Quentin Dupieux, il ne fait aucun doute que AU POSTE! est un film signé du réalisateur français, grand spécialiste de l’absurde et de la comédie décalée et loufoque.

Que cela soit RUBBER ou REALITE, Dupieux a réussi à marquer le cinéma d’une empreinte indélébile qui n’est pas sans rappeler l’humour d’un Pierre Dac ou d’un Francis Blanche. Hélas, si l’originalité est souvent au rendez-vous, il faut aussi reconnaître que la loufoquerie poussée dans ces derniers retranchements donne parfois au spectateur l’impression de s’être embarqué dans un voyage dont il ne comprend pas le sens.

Avec AU POSTE!, déjà présent au marché du film à Cannes cette année, Quentin Dupieux réussit à allier son voyage en absurdie avec une sérieuse dose de réalisme saupoudré en permanence de situations dingues et décalées.

Servi par un SANTA & CIE (LES EMOTIFS ANONYMES, ILS SONT PARTOUT) parfaitement à l’aise dans les sandales de ce commissaire buté et stupide, ou par un Grégoire Ludig (BABYSITTING, SANTA & CIE) dont le personnage est un crétin fini, on ne peut pas dire que AU POSTE! soit une ode à la police en général ni à l’humanité d’ailleurs. Mais quand les deux sont vus au travers de la lorgnette de Dupieux, on peut qu’y prendre un immense plaisir et recommander à tout le monde d’aller se rafraîchir dans une salle obscure où passe AU POSTE!

Articles associés

The Zone of Interest

La fille de son père

Le deuxième acte